6 dimensions

"La formation doit être complète : humaine, spirituelle, intellectuelle, pastorale, systématique et personnalisée." Directoire pour le ministère et la vie des prêtres, n° 74

  1. Humaine - Pour gouverner les autres, le leader doit se gouverner lui-même et préalablement donc se connaître. Les sciences humaines ont récemment fait des progrès considérables qu’un prêtre présent et actif au cœur du monde ne peut ignorer. La formation permet à chacun de cheminer en maturité.

  2. Spirituelle - La définition que nous avons retenue du leadership tout au long de cette formation est essentiellement spirituelle : « Un processus dynamique par lequel une personne, grâce aux talents que Dieu lui donne, influence un groupe spécifique à l’intérieur du peuple de Dieu à l’aide de la vision qu’il a pour ce groupe. » Le parcours approfondit cette exigence d’une vie nouvelle et évangélique.

  3. Intellectuelle - La mission de gouvernement du prêtre repose sur un riche héritage tiré de l’Écriture, de la Tradition et du Magistère. La formation vise à une meilleure appropriation des grands textes de l’Écriture qui peuvent éclairer ce sujet. Elle s’appuie également autant que possible sur les riches documents du Concile Vatican II et des travaux synodaux ultérieurs en vue d’une appropriation pastorale.

  4. Pastorale - Ce qui n’est pas appliqué est perdu. Pour maximiser la portée pratique de la formation, chaque participant s’engage à une mise en application adaptée à son contexte pastoral. Cette expérience est partagée en un groupe de pairs qui se réunit à un rythme mensuel et fait l’objet d’un mémoire rédigé et présenté en fin de parcours.

  5. Systématique - La formation est structurée de manière à ne pas être « quelque chose de ponctuel, mais plutôt un projet bien élaboré qui se déroule par étape selon des modalités précises »1.

  6. Personnalisée - Chaque session propose un temps de sensibilisation au coaching, lieu concret de mise en pratique. Le leadership est une réalité profondément relationnelle, qui requiert une posture de coach. Le coaching peut se vivre dans deux directions : être coaché et coacher. Plus une personne est mise en situation de coacher, plus elle en acquiert les compétences dans la mesure où elle en voit elle-même l’intérêt.

1. Jean-Paul II, Exhortation apostolique post-synodale Pastores dabo vobis, n° 79